mardi 15 mars 2016

La bataille des femmes dans nos sociétés occidentales.

C'est un sujet sensible pour des sociétés qui veulent se poser en exemple.
En fait je crois que cela fait parti d'un problème plus général: comment réunir le plus grand nombre de facteurs  favorisant la survie d'une société face à ces concurrentes.
Autrement dit plus les femmes seraient  contentes d'être justement représentées et rétribuées plus elles pourraient participer à l'effort de survie de nos sociétés, c.a.d  améliorer à terme nos libertés et notre indépendance.
Il semblerait que selon les informations qui me sont parvenues à travers les médias, les femmes, malgré de meilleurs résultats scolaires et aussi malgré les efforts menés par nos leader politiques, soient encore loin d'atteindre la parité souhaité.
Quels sont les raisons possibles?
-- les hommes, détenant  une grande majorité chez nos leaders, sont encore capable de barrer -même inconsciemment- la route aux femmes.
-- les femmes pourraient aussi ne pas avoir la combativité voulue parce qu'elles auraient par "tradition"  l'habitude de se soumettre aux hommes. Cette soumission est-elle seulement culturelle?

J'ai souvent constaté qu'il existe une solidarité des femmes dont elles sont fières. J'ai pourtant l'impression que cette solidarité joue plus à un niveau individuel: une femme soutiendra son amie face à un mari abusif ou face à l'adversité. Mais que fera-t-elle pour soutenir un leaders féminin dans la classe politique et  aussi dans l'entreprise?

Avec une touche d'humour je me permettrais peut-être d'évoquer la solidarité au sein des minorités comme celle des homosexuels. Elles ne peuvent attendre qu'on leur face une place.

J'aimerai aussi  évoquer le problème de la régénération de nos leader ou ce qu'on appelle l’ascenseur social. Problème qui semble être devenu critique en France. Et j'ai cette question: a part l'obstacle dû au mécontentement, une société peut-elle continuer à évoluer si elle puise ces leaders dans le même groupe de citoyen (tous partis politiques confondus). Ceci ne doit pas être pris comme une sorte d'incantation mais comme une question scientifique.

La question de base étant:  quelles sont les chances d'améliorer la performance de mes leaders en puisant dans un groupe élargi?

Je n'ai lu aucune étude sur ce sujet et cela serait le moment de le faire en France.

vendredi 27 novembre 2015

Harcellement

Toujours et encore.

Je suis provoqué publiquement alors que j'attends pour payer aux caisses: "on l'a eu".

Lorsqu'une personne dit cela en ma présence j'en déduis que j'ai été victime d'une embuscade, d'une machination. Cela m'encourage aussi à penser que je suis l'objet d'une attention particulière destinée à me faire tomber.

J'avais déjà remarqué  qu'ayant  décidé une surveillance destinée à me faire tomber et n'ayant rien trouvé ils ont décidé un matraquage permanent, un harcèlement constant en utilisant en autre l'atteinte à la vie privée et la diffamation.

Tous les jours y compris au travail je dois supporter des gens qui se conduisent de manière odieuse.

Cela fait 20 ans que cela dure.

Certains pour corser l'effet ajoutent qu'ils sont communistes.

Qu'est ce  que cela a du être lorsqu'ils étaient majoritaires?

vendredi 9 octobre 2015

La bataille contre la resistance microbienne

Si j'ai bien compris, l'utilisation fréquente et massive  de désinfectants et d'antibiotiques favorise l'émergence de microbes résistants.
Après traitement ses microbes résistant se retrouvent seuls, sans compétiteurs. C'est peut-être une idée ridicule mais peut-être devrait on, après traitement repeupler les objets traités avec des microbes inoffensifs.

vendredi 20 février 2015

Logiciel d'apprentissage des langues (entretenir et enrichir).

J'ai un peu cherché des logiciels pour mobiles et pour pc ou mac. Ils sont pléthoriques.
Je n'ai rien trouvé  de très excitant malgré les progrès de la prise en charge multimédia par les ordinateurs.

Je n'ai peut-être pas suffisamment cherché mais pour l'apprentissage de la grammaire et du vocabulaire je n'ai pas encore rencontré:
-- l'utilisation de module se chargeant de rappeler les mots ou les règles les moins assimilées. 
-- des exemples d'emploie du vocabulaire dans une ou plusieurs phrase.
-- ne donner qu'en dernière extrémité la traduction dans la langue maternelle.
-- peux de possibilité d'intégrer des morceaux de pages internet. Dans le cadre de l'enrichissement de son vocabulaire pendant la lecture.

On a parfois quelque caractéristiques intéressantes isolées dans un seul logiciel. Peut être certaines fonctionnalités sont elles illusoire. C.a.d quelles n'ont pas vraiment une utilité pédagogique. 

Dans l'industrie du logiciel linguistique il y a peut-être deux problèmes principaux:

-- le développement logiciel  par des petites équipes isolées sans grand moyens.
-- l'absence de prise en compte de toutes les possibilité offertes par le multimédia , les base de données et aussi l’interconnexion entre application (par exemple pour enregistrer du vocabulaire rencontré sur internet ou pendant la lecture d'un quelconque document ). afin d'offrir un logiciel complet et adapté à une certaine population. 

S'il est difficile d'évaluer l'intérêt d'une solution (comme un module de rappel de ce qui est le moins assimilé) il faudrait probablement  des gens qui fournissent des bibliothèques logiciels organisées par modules pour que les éditeurs puissent facilement construire des applications adaptées à une certaine population (domaine linguistique, type d'apprentissage). Je ne vois rien de probant dans ce domaine aujourd'hui. Si vous connaissez des solutions et des logiciels en faisant un usage intelligent je serais content que l'on m'en informe en répondant à ce poste de blog.

dimanche 7 décembre 2014

L'intelligence et la vie

C'est encore avec une certaine auto-dérision que je singe le titre d'un livre de notre cher président puisque vous pouvez comparer ma présente situation avec la sienne.

Je ne connais pas beaucoup de moyen de mesurer d'une manière la plus "scientifique" possible l'intelligence à part le QI. Pour ceux que cela intéresse le livre de Victor Serebriakoff   "A Mensa analysis & history"  1965 peut-être un point de départ. D'autre référence de bouquins  seraient les bien venues dans ce blog.

A 54 ans il y a plusieurs questions que j'aurais aimer étudier en détails mais sur lesquelles je me suis fait quelques opinions.

-- A quoi sert l'intelligence?  
-- Quel est le rapport entre intelligence et mémoire?
-- Comment l'intelligence collabore avec l'expérience?
-- Dans quel domaine l'intelligence est-elle la plus utile?
-- Quel rapport entre intelligence et réussite sociale ou professionnelle?
-- Que doit on espérer de son intelligence dans la vie?  
-- Quel est le rapport entre intelligence et hasard?

Si on site en exemple des hommes remarquables j'ai appris que l'on doit faire preuve de prudence.
En effet en se référent à un nombre limité de grands homme on risque d'expliquer leur réussites par leurs qualités alors qu'elle serait plutôt le fruit du hasard. Certains le savent, y compris dans le domaine de la science. Ils ont certainement de grandes qualité parfois dans un domaine très restreint et ces qualité se sont révélées suffisantes et même nécessaire dans certaines circonstances. 

Mais il arrive que ces grands hommes  se trompent entièrement sur la cause de leur réussite et continue quand même dans la même voix puisque cela réussit....... sans savoir qu'ils ont eu la baraqua! Par exemple l'utilisation du LSD et de la cocaïne ne fait pas partie des conseils à donner même si de grands  hommes l'on utilisé assez fréquemment. Le risque est-il justifié? Pour en avoir une idée il faudrait faire des statistiques. Est-je plus de chance de réussir en me droguant ou en me dopant? J'aurais certainement plus de chance de devenir un malade mental ou de mourir plus tôt que mon heure. Mais il peut-y avoir une certaine dépendance psychologiques à certaine croyances: des quasis superstitions. Ne pouvant expliquer ma réussite mais m'étant battus et ayant travaillé de toute mes forces c'est bien à cause de mes qualités que j'ai réussit! Cela est nécessaire pour ma tranquillité d'esprit! Pour le rôle du hasard dans la vie  le livre "Foolled by randomness" de  Nicholas Taleb est aussi intéressant.  

Il a y eu souvent dans mon éducation -à une certaine époque du moins- une méprise de la mémoire face à l'intelligence. Montaigne paraît-il n'avait pas une bonne mémoire. J'ai entendu dire que Einstein avait du mal à mémoriser. Peut-être ce qu'il ne l'intéressait pas. Sans bonne mémoire peut-on espérer faire de bonnes études? Dans quel domaine? J'aimerai bien connaitre la relation entre mémoire et intelligence. On peut schématiser et penser que a force d'entraîner purement sa mémoire on oublie de raisonner. Et peut-être est-ce un bon choix que de bien entraîner sa mémoire si on est pas très intelligent. Doit-on pour autant favoriser le raisonnement et l'inventivité si on est intelligent? Les pédagogues ont peut-être déjà certaines réponses. 

On pourrait même poursuivre jusqu'à l'écroulement complet de cette réflexion en trouvant que des gens pas très intelligents et pas très cultivés ont réussit là ou on ne les attendait pas. Le hasard étant le seul responsable. Une autre croyance extrêmes qui pourrait donner naissance à une religion amusante! Le film  de Baseball "Le Stratège" avec Brat Pit est aussi une réflexion intéressante sur le hasard et la superstition.

Voilà encore d'autre question qui m'intéresse: dans combien de cas lorsque je prends une décision dans la vie fais-je appel à mon raisonnement ou à mon expérience ou même au hasard en utilisant par exemple des arguments fallacieux. Lorsque je choisi une voiture est-je vraiment une preuve quasi scientifique que c'est le meilleurs choix?  Les publicistes semblent avoir une réponse assez claire à ce problème. Un voiture peut-être revendu mais si je choisi une femme dois je me baser sur les statistiques de divorce? J'ai l'impression que beaucoup de gens surévaluent l'importance de l'intelligence dans la vie. Pour moi il n'est tout simplement pas possible de peser à chaque cas la meilleurs décision, on est obliger d'utiliser des réponses toutes faites et dans le meilleurs des cas  qui sont le fruit d'expérience passé qui on étés analysés, synthétisés et simplifiées pour satisfaire le plus grand nombre possible.  

Dans certain cas vous verrez des gens se révolter contre des gens intelligents qui sont sur le point de prendre des décision  originales. Ceux qui n'ont pu être arrêté conduiront dans certains cas à des désastres.Lorsqu'un grands nombre de gens sont en jeux il est difficile d'attribuer une importance relatives à chaque causes possibles du désastre. Parfois la solution semblait raisonnable. Néanmoins je pense que l'intelligence est aussi un paris. Tant que l'on a pas testé cela reste un paris. J'ai entendu dire que dans la recherche beaucoup de paris sont faits mais que assez peux sont réussit. Ce qui est évoqué dans le livre sur Menza c'est qu'il il faudrait mieux réserver les plus intelligents à  la recherche.   

A suivre et a remodeler et compléter.

vendredi 7 novembre 2014

Les ratés.

Il arrive parfois que l'on se fasse traiter de raté.
Parfois par pure méchanceté, parfois par ce que les gens ne comprennent pas ce que vous faites.
Par exemple il est possible de dire que je suis un programmeur raté puisque je suis ouvrier et que je fais de mauvais programmes en amateur! Mais je ne pense pas qu'il faut avoir honte d' être un raté. En effet pour produire quelques succès ont est obligé de lancer dans la course une grosse quantité de candidats! Parfois ce ne sont pas les plus doués ou les mieux préparés qui réussissent le mieux.  Certain se contentent de places intermédiaires, d'autre sont obligés  ou  préfèrent  se contenter d'une activité amateur.
Dans mon cas on est en droit de se demander si je me suis assez battu. Pour comprendre mon cas il serait peut-être utile de savoir ce qui s'est passé pendant mon enfance et ma scolarité. Enfant dyslexique et souvent malade j'ai été porté plus que la plus-part des autres enfants par mes parents qui n'ont pas lésiné pour m'encourager. Bien sur de nombreux enfants sont plus ou moins forcés à exécuter leur activité scolaire et para scolaires. Mais dans mon cas, par exemple pendant les vacances, il n'est jamais arrivé que je poursuive avec ferveur ou même de mon plein gré une de mes principales activité scolaire ou même parascolaire comme la musique. Je préférai bricoler ou me promener ou naviguer. C'est peut-être un signe inquiétant qui devrait alerter les parents et les faire s’interroger  sur la qualité de l'éducation qu'ils apportent à leurs enfants, en particulier en ce qui concerne la maturité, l'autonomie et la motivation.
J'ai entendu dire que parfois des gens qui réussissent de manière exceptionnel dans leur métier interrompent leur carrière car ils détestent ce qu'ils font. La renommée ou même l'argent qu'ils gagnent ne suffisant  pas même à compenser la frustration. 

lundi 6 mai 2013

Les ordures.

Ils ont souvent un besoin immense d'être aimé.
Mais leur entourage finit parfois par comprendre la réalité.
Ne pouvant plus être aimé l'ordure n'a plus que quelques échappatoires.

Baiser les intrus et  par ordre de préférence :
-- en les aidant.
-- en les faisant chanter après les avoir espionné .
-- en les corrompant.
-- en les détruisant.

En fait la description que j'en fais pourrait-être qualifiée de fantasme. Je ne fais que rassembler des informations sur certaines personnes connues que j'utilise pour interpréter mon expérience personnelle: "il faut les corrompre", "il faut les faire perdre".  Je ne suis sur de rien! Il aurait fallu passer beaucoup plus de temps que je ne l'ai fait, pour analyser puis vérifier les différentes péripéties de la vie. Les situations rencontrées ne sont pas toujours aussi simples à expliquer. Il faut prendre chaque cas particulier dans son contexte et puiser dans une réserve d'éléments explicatifs probables que je vous laisse le soin de trouver.

De plus on n'est pas une ordure à temps plein, sauf si votre activité le requiert. Ont ne devient pas non plus une ordure comme cela: ex-nihilo ("c'est avec les victimes que l'on fait les meilleurs bourreaux"). En effet il y a peux de chances de devenir une véritable ordure sans causes connues car  la vie ne permet que rarement de continuer à se comporter en salaud sans être puni.

D'où le très lent apprentissage - chez moi - de la "solidarité", la corruption active, l’espionnage ..... Si je suis devenu une ordure à 52 ans alors je suis encore loin d'avoir acquis tout le savoir faire et l’environnement nécessaire à la survie.