samedi 12 décembre 2020

Vous êtes trop prétentieux.

 Cette réflexion provenant d'une secrétaire pendant un entretien préparatoire avec une boite d'intérim est un moyen de réfléchir à ce qui est fait dans ce blog.

Je pense qu'il faut être prétentieux et même toujours prendre le risque d'aller trop loin. Mais gérer ce risque en essayant d'en rester conscient. Certaines personnes qui on réussi ont fait preuve à mon avis de beaucoup de témérité et ont fait preuve -au sujet  du risque qu'ils ont pris- d'une inconscience qui frise la folie. Certain restent toute leur vie avec des idées fausses sur les raisons de leur réussite. Il peut être dangereux de leur demander conseil. Vous ne pouvez pas non plus passer toute votre carrière à vous excuser d'avoir eu de la chance car une belle carrière cela se mérite.

Pour illustrer ce sujet, je prendrais l'exemple d'une personne qui décide de devenir acteur. Même si des talents ont été détectés chez cette personne, quels sont ces vrais chances de devenir un acteur qui arrive à gagner sa vie sans parler de ses chances de devenir une Star? Ces chances sont proches de zéro. Que deviendrait le métier si tous les candidats décidaient de ne pas être prétentieux?....Ils le sont de manière graduelle en cherchant progressivement à se faire  une place et la garder. Parfois c'est juste le hasard.

Le problème se pose souvent dans la vie ordinaire: on est tous plus ou moins des  loosers. Par exemple il est difficile de demander à une personne de chercher à devenir plus que ces parents. Pourtant il faudrait laisser la possibilité d'arriver à des événements peux probables. Il faut trouver le moyen de ne pas se limiter. Et on se limite  aussi pour des événements qui ont une bonne probabilité d'arriver. C'est compliqué car il y  a aussi les choix de vie, que dois-je faire pour être raisonnablement heureux? 

J'estime que j'ai été un très gros looser. Probablement fortement influencé par une expérience catastrophique d'un bout à l'autre de l'école primaire. Je n'ai jamais vraiment réussit à m'en libérer. La  forte stimulation effectuée par mes parents a réussi à compenser cette expérience temporairement mais a finit par devenir aussi un problème. Quand je commençais à sortir du trou j'ai  longtemps ignoré mon handicap lié à la dyslexie. Ce n'était pas de la prétention c'était une erreur déclenchée volontairement par mes parents pour me donner envie de me battre. Je n'ai pas décidé d'aller dans la filière scientifique en seconde C qui est le principal chemin pour accéder à l'élite Française et il était difficile de le refuser dans ma situation. En addition j'ai probablement fait beaucoup d'autre erreurs. C'est difficile d'en prendre conscience tout seul.

Le problème aussi c'est que une fois qu'on a pris conscience du problèmes et décidé de prendre un risques plus ou moins grand, on pas la culture, la curiosité, la vitalité nécessaire ni les bonnes personnes qui ont le savoir et l'expérience et en qui on peut avoir confiance. Malgré tout cela des gens y arrivent et beaucoup plus de gens devraient y arriver s'il y a de la place.

Ne pas abandonner des options qui ont de bonnes chances de réussir.

Essayer de permettre à des options qui ont très peux de chance de réussir de se réaliser.

Le problème de la limitation existe partout:

-- Dans les services secret : il n'y pas de limite sur le niveau d'infiltration même au sein d'un état amis. Avoir un chef d'état dans son portefeuille d'actif est considéré comme le graal. Par exemple le président Français peut ouvrir tous les dossiers, militaires, économique, renseignement. Atteindre un tel objectif peut aussi comporter des risques. Avoir un président sud-américain dans son portefeuille est surement moins risqué qu'avoir un président Américain ou Chinois. Le nombre d'agents ne devrait pas non plus être une limite à condition que votre réseaux ne soit pas détourné aux profit d'une autre nation (peut-être la cause de la démission d'un grand chef religieux).

-- Dans la finance: il existe des méthodes pour ne pas limiter le montant des gains. Là aussi il faut parfois faire attention à ne pas posséder une trop grande partie du capital d'une société. A cause du pouvoir que vous obtenez et des risques auxquels vous exposez les autres investisseurs ou même la stratégie industrielle d'un pays. Le risque peut aussi concerner une place financière entière comme pourrait le confirmer le cas du Koweït.   

-- Dans la défense de certaines communautés dans un pays ou dans le monde. Là aussi il n'y a pas de limite à avoir mais il y a des risques. Si vous infiltrez trop profondément les institutions comme la justice, la police, certaines sociétés, il arrive un moment ou la position de force est trop importante et les abus se multiplient causant l'effet inverse du but recherché.

-- Dans la recherche: la plupart des chercheur savent qu'il ont (en fonction du domaine de recherche) très peux de chance de trouver. Pourtant quels sont les budgets consacrés par les états et l'industrie à la recherche? C'est aussi un exemple que la limite n'est pas toujours fonction du risque qui est pris mais  des répercussions dramatiques pour le monde entier que peuvent causer les résultats de ces recherches.


jeudi 10 décembre 2020

Ecouter la radio

Depuis un certain temps déjà j'écoute Radio Neptune. Une des rares radio qui ne nous embête pas trop avec  de la 'parlotte'. Parfois j'écoute attentivement et je me dis: mais ce sont des enregistrements extraordinaires! Je veux dire que les types qui jouent sont déjà extraordinaires mais en plus c'est ce qu'ils on fait de mieux.  La plupart du temps j'utilise cela comme de la musique de fond. C'est dommage et peut-être  dangereux  car je ne me rend plus compte de la valeur de ce que j'écoute.

En règles générales les autres radios me deviennent insupportables après quelque dizaines de minutes. C'est probablement le temps d'écoute moyen d'un auditeur. On se fait serinner. Il n'y que Radiobonheur  qui arrive à passer mais ils sont moins bon que Radio Neptune pour la fréquence d'apparitions des tires sur les ondes. C'est souvent marrant de redécouvrir l'ensemble du répertoire de chansons Française.

Pour se faire plaisir il faut mieux essayer d'écouter la radio la nuit. Ou l'enregistrer la nuit.

samedi 5 décembre 2020

Le big Bang

Toujours dans l'esprit de ce Blog qui est d'aborder des sujets largement au dessus de mes compétences et d'émettre des avis et des hypothèses. C'est peut-être un moyen de compenser le fait que je suis devenu une sorte de raté. En tout cas cela en serait la  preuve! Je fais de la concurrence déloyale aux journalistes d'investigation scientifique. Il faut bien rire un peu.  

Le big bang pourrait donc être juste un événement qui a propagé une réaction dans l'espace comme un catalyseur provoquerait une explosion dans un gaz. Quel est d'ailleurs le role du catalyseur dans la propagation. Une simple source d'énergie  aurait-elle pu aussi déclencher l'évènement? Cet événement pourrait être de la classe de ceux qui ont peux de chance d'arriver même pendant une duré de l'ordre de  l'age de l'univers. Il faudrait aussi savoir le nombre de lieu ou il pourrait arriver.

Si on semble connaître a peu près ce qui c'est passé après l'explosion primordiale grace à l'observation des astres notamment  la création par les étoile de la matière complexe (des élément autre que l'hydrogène). Je n'ai pas entendu parler d'une manière intelligible par le profane de ce qui c'est passé dans les première secondes.

J'ai plusieurs hypothèses simples qui me viennent à l'esprit:

-- plus l'atome  est complexe (plus l'atome est lourd) moins il a une vie longue ( il finira par se désintégrer ). Mais je ne distingue pas ce qui constitue le noyau de l'atome. 

-- le vide n'est pa vide mais contient ce qui existait avant le big bang et est donc capable de fabriquer de la matière. Ou il est une forme transformée ou appauvris de ce qui existait avant le big bang.

-- la matière ,lorsqu'elle se déplace, transforme en fait le vide, comme si elle se reconstruisait. Ce processus de reconstruction a une limite qui est la vitesse de la lumière.

-- Lorsqu'on observe certaine particules on ne fait que provoquer leur création. Ce qui se passe derrière n'apparaît pas soit parce que l'on a pas les instruments d'observation nécessaires soit parce que l'on est pas capable d'analyser la complexité des données. Est-ce que l'on peut imaginer une physique dont le mécanisme de base se libère du concept de particule. 

Il faudrait que je fasses des recherches pour savoir si de telles affirmations peuvent plus aux moins coller à ce qui a été déjà trouvé. Mais si rien ne semble coller alors elle démontre l'impossibilité d'avancer en se rattachant à des concepts communs. Bien qu'une meilleur connaissance du sujet pourrait permettre d'émettre des hypothèses de base plus fondées. Pourtant on devrait pouvoir organiser la connaissance en définissant des structures. A partir d'hypothèses de base on pourrait définir un arbre de structures possibles et les évaluer.

I y aussi peut-être d'autres problèmes qui ressemblent a ce qui peut se passer lorsqu'on résout une équation et que l'on a perdu le but du travail: on retombe sur l'hypothèse de départ.


A suivre, peut-être .....si j'obtiens une la retraite anticipé et commence l'étude de la physique quantique. En tout cas peu de chance de trouver un interlocuteur compétent pour m'aider à faire l'évaluation.