lundi 6 mai 2013

Les ordures.

Ils ont souvent un besoin immense d'être aimé.
Mais leur entourage finit parfois par comprendre la réalité.
Ne pouvant plus être aimé l'ordure n'a plus que quelques échappatoires.

Baiser les intrus et  par ordre de préférence :
-- en les aidant.
-- en les faisant chanter après les avoir espionné .
-- en les corrompant.
-- en les détruisant.

En fait la description que j'en fais pourrait-être qualifiée de fantasme. Je ne fais que rassembler des informations sur certaines personnes connues que j'utilise pour interpréter mon expérience personnelle: "il faut les corrompre", "il faut les faire perdre".  Je ne suis sur de rien! Il aurait fallu passer beaucoup plus de temps que je ne l'ai fait, pour analyser puis vérifier les différentes péripéties de la vie. Les situations rencontrées ne sont pas toujours aussi simples à expliquer. Il faut prendre chaque cas particulier dans son contexte et puiser dans une réserve d'éléments explicatifs probables que je vous laisse le soin de trouver.

De plus on n'est pas une ordure à temps plein, sauf si votre activité le requiert. Ont ne devient pas non plus une ordure comme cela: ex-nihilo ("c'est avec les victimes que l'on fait les meilleurs bourreaux"). En effet il y a peux de chances de devenir une véritable ordure sans causes connues car  la vie ne permet que rarement de continuer à se comporter en salaud sans être puni.

D'où le très lent apprentissage - chez moi - de la "solidarité", la corruption active, l’espionnage ..... Si je suis devenu une ordure à 52 ans alors je suis encore loin d'avoir acquis tout le savoir faire et l’environnement nécessaire à la survie.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire